Saint Ennemond en Gier

Rodolphe Aloïs Berthon
Quelques éléments biographiques..
Je m'appelle Rodolphe Aloïs Berthon, je suis né en 1979 à Saint Germain en Laye dans la région parisienne, j'ai aujourd'hui 29 ans et je suis séminariste pour le diocèse de Saint Étienne.
Je suis le 3e du famille de 4 enfants, un frère aîné, une sœur et un petit frère.
Élevé dans une famille très croyante, mes parents se sont rencontrés à l'église... j'ai grandi dans cette certitude que Dieu est Amour.
Mon adolescence a été marquée par des temps forts au sein de l'aumônerie, comme la préparation de la confirmation, et l'organisation de la messe des jeunes. La musique y était bien souvent cacophonique... mais la joie de servir l'Église était dans tous les cœurs. J'ai été scout pendant 12 ans, et ce fut aussi l'un des lieux où j'ai pu vivre ma foi. À 18 ans, nous sommes partis participer au chantier de construction d'une église en Russie, à Ékaterinbourg dans l'Oural.
Ma relation à l'Église, qui restait fragile dans mon adolescence, a été entre autre sauvegardée par la présence d'amis prêtres de ma famille
En 2001, je suis parti de la région parisienne, où j'avais toujours habité, pour finir mes études à Saint-Étienne. Ce fût pour moi l'occasion de me retrouver face à moi-même.
Deux ans après, j'ai vécu un tournant dans ma vie, certaines épreuves dans ma vie personnelle m'ont fait toucher la réalité profonde de mon être, je me suis retrouvé confronté à ma fragilité.
Quelques semaines après, à la fin d'une messe dominicale, le Père Thierry Magnin, m'a présenté Cyril Faure un jeune professeur d'arts plastiques, durant le bref échange que nous avons eu il m'a parlé de son groupe de prière charismatique "Parole de Vie". En moi, un appel mystérieux a pris naissance, il me fallait aller à ce groupe de prière, abandonner les murs de jugement qui m'enfermaient et y aller en enfant de Dieu pour accueillir la joie de la Bonne Nouvelle.
J'ai vécu, peu à peu, une conversion radicale, une rencontre personnelle avec le Christ. C’est l’expérience de ma pauvreté et la conscience de mon péché qui m'a permis de faire une pleine rencontre avec le Seigneur, avec la toute puissance de sa miséricorde.
Durant ces trois ans de service au sein du groupe de prière, l'appel au sacerdoce est né dans mon cœur. Ce cheminement se fit par étapes, comme de hautes marches franchises, avec entre chaque montée un long pallier où la grâce reçue mûrissait dans mon cœur. C'est durant l'été 2008 que l'appel c'est pleinement clarifier dans mon cœur. En septembre 2008, je rentrais à la Maison Saint François de Sales à Paray le Moniale pour une première année de fondation spirituelle comme séminariste pour le diocèse de Saint-Étienne