Saint Ennemond en Gier

homélie de la Pentecôte

Pentecôte. 50 jours après Pâques. Que vivent, que font les premiers disciples du Christ ? Comment saint Luc nous présente-t-il cela dans le livre des Actes des Apôtres ? Ces premiers chrétiens sont ils nombreux ? Non. Une petite minorité au milieu de la foule des juifs et des païens.

Après la mort de Jésus, est-ce qu'ils se cachent ? Est-ce qu'ils se dispersent ? Au début ils se cachent, peut-être, un peu. Même habités par la foi en la Résurrection du Christ, ils n'ont pas encore osé sortir dans les rues et sur les places pour proclamer leur foi. Pourtant ils le feront très vite. Sinon, nous ne serions pas là, 2000 ans plus tard, à partager leur foi. Mais il le feront après Pentecôte. Habités par l'Esprit Saint.

Avant la Pentecôte, est-ce qu'ils se dispersent ? Non. Ils vivent leur vie sans doute. Mais ils savent se rassembler. Il se retrouvent. Fréquemment, semble-t-il. Et ils le font d'abord pour prier ensemble. Dès le tout début du livre des Actes, Luc nous rapporte ceci : « Arrivés à Jérusalem, ils montèrent à l'étage de la maison ; c'est là qu'ils se tenaient tous : Pierre, Jean, Jacques et André, Philippe et Thomas, Barthélemy et Matthieu, Jacques fils d'Alphée, Simon le Zélote, et Jude fils de Jacques. D'un seul coeur, ils participaient fidèlement à la prière, avec quelques femmes dont Marie, mère de Jésus, et avec ses frères. ». Les onze apôtres, quelques femmes dont Marie, mère de Jésus, et avec ses frères. Ils sont une poignée... à peine une vingtaine peut-être. Mais ils sont là « d'un seul coeur ». Ils participent fidèlement à la prière.
Juste après, Luc rapporte ceci : « En ces jours-là, les frères étaient réunis au nombre d'environ cent vingt. Pierre se leva au milieu de l'assemblée. » Pierre va demander, après la défection de Judas, que le groupe des 12 apôtres soit complété. Matthias sera désigné. Mais on note ici qu'ils sont 120. Ils forment une assemblée. Une assemblée priante. « l'assemblée fit cette prière » rapporte saint Luc : « Toi, Seigneur, qui connais le coeur de tous les hommes, montre-nous lequel (…) tu as choisi »
Vient alors le passage du livre des Actes que nous venons d'entendre : « Quand arriva la Pentecôte (le cinquantième jour après Pâques), ils se trouvaient réunis tous ensemble. (…) Alors ils furent tous remplis de l'Esprit Saint : (...) et chacun s'exprimait selon le don de l'Esprit. »
Ils se retrouvaient donc régulièrement en assemblée, pour prier. Pour décider ensemble aussi de la vie de leur communauté, comme lorsqu'ils désignent Matthias douzième apôtre, à la demande de saint Pierre. Matthias. Une vocation. Oui, un appel, comme apôtre, ce n'est pas rien ! Et ce n'est pas lui qui s'est présenté de lui-même comme candidat pour cela. On le présenta... et il fut désigné !
Aujourd'hui, Pentecôte 2012... Où en sommes-nous ? Que vivons-nous ? Nous fêtons la Pentecôte, l’effusion de l’Esprit Saint sur les apôtres. La promesse qu’a faite Jésus comme nous l’avons bien entendu dans l’Evangile selon saint Jean s’est accomplie.
Oui c’est l’Esprit de Vérité qui est venu sur les apôtres, c’est l’Esprit qui les a guidés vers la vérité tout entière. Hélas, le Christ n’est plus – ou pas encore - considéré comme la Vérité de ce monde. Les gens sont à la recherche de la vérité mais ils la cherchent souvent ailleurs. Le Christ attend de notre part un témoignage.
« Vous aussi vous rendrez témoignage », a-t-il dit, à ses apôtres. Et les apôtres ont été fidèles au témoignage jusqu’à la mort. Sommes-nous prêts à le faire aujourd’hui, remplis de l’Esprit Saint ? De l’Esprit de la Pentecôte ?
Ça fait plusieurs années, que dans l’Eglise de France et dans certains pays européens, on parle de manque de vocations, de manque de toutes les vocations, non seulement des vocations sacerdotales et religieuses, mais aussi de baptisés engagés dans l’Eglise et de couples, de familles chrétiennes. Notre diocèse et notre paroisse ne sont pas à l’écart de ces difficultés que vit l’Eglise de France. Dans notre diocèse se Saint-Etienne, le nombre de prêtres est passé de 216 en l'an 2000 à 173 en 2012. Et même si nous sommes heureux de vivre prochainement deux ordinations presbytérales, le 24 juin, Sébastien Garde et Emmanuel Rochigneux, cela n’occulte pas les difficultés dans l’ensemble du diocèse.
De même aujourd’hui la feuille paroissiale, dans la partie « le saviez-vous », évoque une épreuve que notre paroisse vit actuellement : Le père John Craddock, père mariste qui était aumônier à l’Hermitage et qui assurait notamment la messe du dimanche matin, est parti, non pas début septembre comme indiqué par erreur dans la feuille paroissiale, mais début mai. Il est retourné dans son pays, la Nouvelle-Zélande, pour devenir curé d’une paroisse de Christchurch. Il n’a pas été remplacé.
En plus le père Germain NINO quittera notre paroisse pour une nouvelle mission dans un autre diocèse début septembre. Nous aurons apprécié sa présence durant 4 années. Il ne sera vraisemblablement pas remplacé. Les Eucharisties seront plus rares dans notre paroisse… A partir de la Toussaint 2012, notre calendrier des messes sera modifié.
Comme prêtres de la paroisse, cette situation ne nous réjouit pas. Pas plus que vous. Nous pensons à tous, surtout aux anciens, dont beaucoup peuvent avoir des difficultés pour se déplacer… et qui ont connu des jours meilleurs pour célébrer en communauté à proximité immédiate de chez eux. Nous pensons aussi aux plus jeunes qui rencontrent plus rarement des prêtres.
Cependant, devant cette épreuve, nous ne sommes pas en état de résignation, mais plutôt en état de prière, de recherche et d’espérance. Nous voulons vivre cela dans l'Esprit de Pentecôte. Le Christ n’a pas laissé ses apôtres seuls. C’est lui qui a dit « l’Esprit vous guidera ». Laissons-nous guider dans la prière comme les apôtres au moment de l’élection de Mathias, laissons-nous guider pour choisir quelles seront les meilleures solutions pour notre paroisse. Est-ce que ce souffle de Pentecôte ne pourrait pas ouvrir les portes et les fenêtres des vocations de chacun ?
Dans l’espérance, avec nos moyens d’aujourd’hui, avec nos pauvretés et aussi nos richesses, nous voulons faire face à la situation pour que soit toujours annoncé l’évangile de Jésus-Christ. Avec les membres de l'équipe pastorale, dans les semaines et les mois qui viennent, nous vous proposerons ceci :
-> d'abord, dans les semaines qui viennent, nous ferons appel à un certain nombre d'entre vous pour se former afin de venir renforcer l'équipe trop réduite des personnes qui accompagnent les familles en deuil, préparent et animent les funérailles. Nous devons assurer ce service essentiel, non seulement entre nous chrétiens pratiquants, mais aussi pour tous les autres, qui ont besoin de l'appui de notre foi en la Résurrection.
-> ensuite, nous voulons nous préparer à vivre des temps de prière, autres que les messes, dans nos églises. Ces temps, ces assemblées permettraient de maintenir des foyers de prière proches de chaque quartier et village. Ils ne remplaceraient pas l’Eucharistie, source et sommet de la vie chrétienne. Cependant, l’Eucharistie n’est pas la seule forme de prière promue et vécue par le Christ, par les apôtres et les disciples dans le nouveau testament… De même par les chrétiens jusqu’à ce jour.
Le dimanche matin pourrait être réservé à l’Eucharistie, même s’il faudra parfois faire un peu plus de route pour rejoindre une assemblée eucharistique… A d’autres moments de la semaine, le samedi ou le dimanche soir, il nous faudrait trouver les façons de faire, les rythmes de rencontres, les propositions, pour que nos églises soient toujours « habités » de notre prière. Il s'agit, comme les premiers chrétiens au début du livre des Actes des Apôtres, de constituer toujours des assemblées priantes, même de petites assemblées, pour que l'Esprit de Dieu puisse apporter son feu en nos coeurs.
-> enfin, à partir d'octobre prochain, comme dans l'ensemble du diocèse, nous proposerons la lecture continue de l’évangile selon saint Luc. Il nous faudra former de petits groupes de voisins, de réseau, d’amitiés ou de famille, pour lire ensemble l'évangile, en plusieurs rencontres, au fil de l'année. Ceci de façon simple... Le texte de l'évangile, avec un petit guide de lecture, sera remis à tous ceux qui souhaitent entrer dans cette démarche d'écoute de la parole de Dieu. A plusieurs, pour s'encourager mutuellement à cette lecture, à cette écoute. Cela produira ses fruits.

En cette fête de Pentecôte, nous demandons à l’Esprit de nous éclairer pour nous préparer à vivre ensemble ces étapes. Pour que la Pentecôte soit un souffle nouveau dans nos églises d’aujourd’hui. Amen !

retour sommaire